24 Juil 2014

YO – la force de la non communication ?

E-marketing, E-marketing et réseaux sociaux, Expertise de l'agence Pullseo Aucun commentaire

C’est les vacances, enfin pas pour tout le monde sinon vous ne liriez pas cet article, et on va donc se permettre un petit article détente autour d’une nouvelle application qui fait débat : YO. Non, ce n’est pas une interjection au sein de l’article, mais bien le nom de cette application qui semble avoir un succès fulgurant ! Alors, quelle est cette application et pourquoi un tel succès ? Yo, on va voir ça !

Une application développée en 8 heures

application-yoL’application YO aurait été développée par Or Abel, développeur vivant en Israël, en 8 heures et aurait été diffusée le 1er avril dernier, comme une simple blague. Son principe ? Pouvoir envoyer « YO » à ses contacts utilisant l’application. Non, vous ne rêvez pas, c’est tout ce que permet aujourd’hui cette application. Sauf que voilà, aujourd’hui l’application annonce disposer de plus de 2 millions d’utilisateurs… Ça ne vous émeut pas ? Alors peut-être que la levée de fonds de 1,5 millions de dollars le fera. Car oui, le développeur est parvenu à lever cette somme pour développer son application ou plutôt les API liées à son application. Et c’est là que cela peut devenir intéressant.

Utiliser le YO pour communiquer

notification-by-yoLa simplicité d’utilisation et de fonctionnement de l’application a donné des idées à certains et il semblerait qu’elle soit aujourd’hui intégrée par plus de 2000 développeurs dans leurs applications pour créer des alertes. L’utilisation la plus connue aujourd’hui est celle couplée à l’application « Red Alert : Israël » qui permet de recevoir un YO à chaque fois que Red Alert prévient d’un tir de roquette sur Israël. Et c’est ici que l’on commence à comprendre la force de cette application qui joue sur une communication simple mais contextualisée. En effet, les utilisations envisagées sont multiples et on pense déjà aux rappels liés à d’autres applications comme les mails, agendas ou encore les applications de presse. Mais on peut aller plus loin. En effet, quel peut-être l’intérêt de ce message en deux caractères là où on peut communiquer plus efficacement en quelques caractères supplémentaires (à la tienne Twitter !). À notre avis, le plus intéressant dans cette communication c’est la discrétion. En effet, le YO n’aura pas le même sens selon les utilisateurs, la source, la fréquence… et donc on peut envisager qu’un service, quel qu’il soit, peut ainsi transmettre des messages presque codés à ses utilisateurs, selon leur paramétrage. On laisse l’idée en suspend…à vous de voir ce que vous en faites.

Un retour de la bulle Internet ?

bulle-yoC’est ce que beaucoup entrevoient avec le succès de cette application et ils n’ont peut-être pas tort. En effet, même si du fait de son succès, et de ses différentes utilisations, on perçoit l’application YO différemment, il faut remettre les pendules à l’heure : c’est une application qui permet d’envoyer et de recevoir « YO ». Une telle blague, puisque c’est dans cette optique qu’elle semble avoir été conçue, mérite-t-elle aujourd’hui d’être valorisée à 10 millions de dollars et de recevoir 1,5 millions de dollars ? Ou bien n’est-elle pas simplement le symbole d’une économie qui investit dans tous les « succès » numériques d’un jour en espérant tomber sur le nouveau Facebook ? C’est difficile à dire aujourd’hui, mais il ne faudrait pas oublier que l’éclatement de cette fameuse bulle Internet a bel et bien existé et que l’on conçoit à peine, aujourd’hui, des modèles économiques à moyen termes pour les applications et services web. Et l’on manque donc peut-être un peu de recul sur ces questions là. À bon entendeur…

Sources : CarolaDiva, YO, Depositphotos

Aucun commentaire pour “YO – la force de la non communication ?”

Laisser un commentaire

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.