08 Fév 2012

Volunia, moteur de recherche social

E-marketing et réseaux sociaux, Moteurs de recherche de l'agence Pullseo 3 commentaires

Depuis le 7 février 2012, le nouveau moteur de recherche qui avait beaucoup fait parlé de lui est ouvert aux Power Users (comprenez les Beta Testers) dont Pullseo fait partie. Nous avons testé ce moteur de recherche qui souhaite proposer une alternative au mastodonte du marché. Alors, qu’offre ce nouveau moteur de recherche ?

La communauté au coeur du processus de recherche

communaute-moteur-voluniaAu premier abord, on sent bien que Volunia ne souhaite pas marcher directement sur les plates-bandes de Google mais bien proposer une nouvelle vision de la recherche sur le web. En fait, là où Google tente timidement d’imposer la recherche sociale à travers Google +, Volunia se lance à corps perdu.

Sur Volunia, on crée un profil communautaire complet (avatar, données personnelles…) pour ensuite accéder au moteur de recherche en lui-même. Bien que l’index soit assez pauvre pour le moment, il est appelé à se développer. Ce développement se basera, en partie, sur les membres de la communauté puisqu’il est possible, directement par son profil, de déclarer des sites internet et de préciser si on en est le webmaster. Les mauvaises langues y verront certainement un retour aux bons vieux annuaires…

Au-delà de la recherche, d’autres fonctionnalités sont proposées :

  • l’ajout d’ « amis »,
  • le chat en direct avec les membres connectés
  • la possibilité de laisser des commentaires sur les sites que l’on visite à partir de l’interface de Volunia…

Ainsi, par cet aspect communautaire, Volunia cherche clairement à garder l’internaute sur son interface, comme Google souhaite le faire. Mais, une fois encore, le nouveau moteur pousse le concept jusqu’au bout.

Volunia, un navigateur dans le navigateur

 

navigateur-dans-navigateurEn fait, Volunia est une sorte de cocktail composé d’une moitié de Facebook, d’un quart de Google et d’un quart d’un nouvel ingrédient, pour la couleur. Et pour empêcher les gens d’aller voir ailleurs, le moteur a trouvé la solution : l’affichage des sites en frame. On ne quitte donc jamais le moteur et on a toujours accès aux différentes fonctionnalités proposées par Volunia (partage sur les réseaux sociaux, commentaire pour la communauté de Volunia…).

 

Cela permet aussi au moteur d’enregistrer chacune des actions de l’internaute…

Ces informations servent alors à créer un parcours de l’internaute sur le web qui sera affiché sur son profil si celui-ci le souhaite. Evidemment, cela sert à faire découvrir des sites à la communauté. Mais il y a fort à parier que, même si tout n’est pas stocké actuellement, ces données pourraient servir à cibler les internautes pour…afficher de la publicité par exemple. Imaginez un programme alliant la précision du ciblage d’un Facebook et le taux de clic d’un Google… le rêve pour les marketeux que nous sommes.

Il y a donc fort à parier que Volunia soit mal perçu par les internautes étant donné le volume et l’importance des données qu’il sera en mesure d’enregistrer.

Au final, que propose Volunia ?

Pour le moment, Volunia propose surtout d’ajouter un aspect social à la recherche sur Internet. Et techniquement, ce doit déjà être énorme à mettre en place… Mais en terme d’innovation, il n’est pas sûr que cela intéresse particulièrement les internautes. En effet, si on prend en compte que Google est de plus en plus critiqué pour ses résultats sociaux en provenance de Google + et que Facebook est toujours autant critiqué pour la collecte des données, il parait ambitieux et risqué de partir sur un mélange des deux. Il faut être un géant du web pour supporter toutes ces critiques, et ce n’est évidemment pas le cas de Volunia.

En ce qui concerne la pertinence des recherches, il est pour le moment impossible de dire si Volunia est efficace ou non, son index étant assez maigre (ce qui est normal, Google ne s’est pas fait en un jour !). Mais aucune communication n’est faite autour de l’algorithme. Toute la communication tourne autour de l’aspect social et de la navigation sous forme de représentation cartographique…et ce n’est pas cette dernière qui va séduire les internautes, c’est quasiment sûr.

google-volunia-facebook

Pour le moment, Volunia n’en est qu’à ses débuts puisqu’il est encore en bêta fermée…mais rien ne laisse présager un grand succès pour ce moteur de recherche. Là où Google avait réussi a imposer la sobriété en termes de design et de fonctionnalité (principe sur lequel il revient doucement), Volunia prend le contre-pied en proposant une interface un peu trop riche. Beaucoup de fonctionnalités paraissent superficielles et sont pourtant mises en avant. Et la question de la monétisation du projet va aussi se poser… et c’est souvent là que les grands succès se décident.

Mais seule l’histoire pourra nous dire si Volunia sera, oui ou non, un succès. Et vous, êtes-vous Power User ?

3 commentaires pour “Volunia, moteur de recherche social”

  1. DevArt says:

    « Il y a donc fort à parier que Volunia soit mal perçu par les internautes étant donné le volume et l’importance des données qu’il sera en mesure d’enregistrer. »

    Déjà rien que le fait de devoir s’enregistrer pour pouvoir utiliser le moteur me gêne.

    -1

  2. Blog auto says:

    Encore un moteur de recherche qui n’a rien compris. Ce que veulent les utilisateurs, c’est que ce soit simple, que ça aille vite, et qu’on trouve les informations que l’on recherche. Sur la pertinence, je ne peux pas me prononcer, par contre sur la simplicité et la rapidité, ils ont visiblement tout faux. Leur interface, en plus d’être moche, est beaucoup trop chargée, ce qui effrayera bien des novices. Bref, encore un moteur de recherche qui fermera d’ici un an, comme beaucoup de ces prédécesseurs sensés « révolutionner la recherche en ligne ».

  3. Agence web à Lyon says:

    Nous avons effectivement un compte Power User et j’ai testé Volunia. Je le trouve intéressant par certains côtés, mais je pense aussi que l’interface est surchargée.

    Ce qui à mon avis pourrait vraiment l’aider à décoller, ce serait un strict respect de la vie privée des internautes et aucun écart de conduite à ce sujet. S’ils sont exemplaires, il y a de forte chances que l’info soit relayée. Je trouve que ce petit nouveau fait déjà pas mal de buzz sur Internet.

    Bref, nous verrons, mais pour l’instant, ce n’est pas Bing qui tire les marrons du feu, du moins en Europe.

Laisser un commentaire

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.