10 Mai 2013

Quel avenir pour les extensions de domaine génériques ?

E-marketing et réseaux sociaux, Formations, Veille & nouveautés de l'agence Pullseo 2 commentaires

Voilà maintenant près de deux ans que l’ICANN a ouvert les candidatures pour l’obtention de la propriété sur de nouvelles extensions de domaine ou gTLD (generic Top Level Domain). Ces extensions permettront à des sites Internet de se libérer de la contrainte des .fr ou .com pour afficher des extensions de type .book ou .hotel, des extensions localisées ou encore des marques. Mais quel peut être l’intérêt de ces nouvelles extensions pour les stratégies e-marketing ?

L’extension au service de la communication

communication-gTLDLa première chose à laquelle on pense lorsque l’on voit passer ces extensions, c’est à la communication. En effet, avoir une extension générique peut permettre à un internaute d’identifier, en un clin d’oeil, une localisation ou une activité. Ainsi, un plombier pourrait très bien avoir un nom de domaine de type www.dupont.plombier ou www.plomberie-dupont.strasbourg. Avec des noms de domaine pareils, l’internaute ne pourra pas se tromper.

Pourtant, en y réfléchissant bien, on est en droit de se demander si ces extensions vont vraiment être bien intégrées dans l’inconscient des internautes. Après tout, le web se définit par des extensions de domaines simples telles que .com, .fr ou encore .org. Et cela est ancré dans l’esprit des internautes que nous sommes. Lorsque nous recherchons un site, nous attendons une extension de ce type…toutes les autres peuvent nous sembler suspectes. Et cela, c’est sans compter sur la longueur de certaines extensions qui peuvent compliquer leur mémorisation (.amazon, .villeurbane, etc…).

Un critère pour le référencement naturel ?

gTLD-et-SEOAutre intérêt que pourraient avoir ces extensions, l’ajout d’un mot-clé ou au moins d’une thématique dans le nom de domaine. En effet, un nom de domaine en .hotel pourrait permettre à un hôtel de mieux se positionner dans les moteurs de recherche. Pourtant, le doute est là aussi permis.

En effet, les moteurs de recherche se targuent depuis des années de vouloir mettre en avant les sites de qualité, pertinents pour les requêtes soumises par les internautes. Le fait d’avoir les moyens de se payer une extension telle que celle évoquée ci-dessus pourrait-elle rendre son site plus pertinent ? D’autant plus lorsque l’on connait le tarif de ces nouvelles extensions. Il faut savoir que les premiers gTLD s’affichent à près de 200 € par an. Ce tarif, qui est dérisoire pour une grande entreprise, peut poser problème aux TPE et PME qui souhaitent s’afficher sur le web. Ainsi, l’affichage de son site via un gTLD pourrait ne pas être un critère, sauf que…

Sauf que les compagnies comme Google ou Microsoft (Bing), négocient actuellement l’attribution de certaines extensions de domaine qu’elles auraient ensuite le droit de louer. Par exemple, Google a annoncé vouloir se payer des extensions comme les .search ou .blog. Et il y a fort à parier que ces extensions auront plus de poids dans l’algorithme du moteur, d’autant plus que la firme de Mountain View aura un contrôle total sur leur attribution.

Alors les référenceurs devront-ils se jeter sur ces extensions ? Difficile à dire mais ce n’est malheureusement pas exclu.

Une nouvelle source de revenu

source-de-revenuCes nouvelles extensions peuvent aussi être une incroyable source de revenus directe pour les entreprises qui en auront la gestion. En effet, imaginons une extension en .music détenue par une entreprise comme Amazon. Cette dernière pourrait devenir une extension incontournable pour tous les sites de streaming ou de vente de musique en ligne. Et là, Amazon pourrait proposer, à ses conditions, d’utiliser son extension pour vendre de la musique en ligne. Résultat des courses, ce sont des millions de dollars qui sont en jeu, d’après les estimations les plus basses. A noter que l’investissement de départ peut être important, surtout quand on sait que le dépôt d’un dossier de candidature à l’ICANN, chargée d’attribuer l’utilisation des gTLD, coûtait près de 600 000 $ !

Mais évidemment, avant d’imposer des conditions, les marques détentrices devront la jouer finement pour ne pas faire fuir les prospects. Une location peu coûteuse au départ, peu de conditions et une facilité d’utilisation seront certainement les fers de lance de la stratégie autour de ces nouvelles extensions.

Les gTLD : l’invasion des morts-vivants ?

gTLD-mort-vivantAlors, au final, que peut-on dire sur l’avenir de ces gTLD dans le cadre de l’e-marketing ? Avant tout, que ce sont des extensions qui seront certainement monopolisées par les grandes entreprises. En effet, étant donné le prix rien que pour faire analyser son dossier par l’ICANN, on peut être sûr qu’aucun indépendant ou qu’aucune PME ne pourra se payer un gTLD. Au mieux, les grandes villes ou les fondations telles que Wikipedia pourront lever des fonds.

De plus, ces extensions viennent bouleverser la perception du web. Le web est représenté par des extensions qui sont aujourd’hui relativement claires et, surtout, bien identifiées par les internautes. Sortir de ces extensions traditionnelles, c’est demander aux internautes de revoir leur conception du web…voilà qui est ambitieux. Et cela, sans compter sur le fait que de nombreux acteurs du web ne voudront certainement pas être enfermés dans une thématique particulière.

Ainsi, il semblerait que ces gTLD aient tout pour mourir avant la naissance. Mais cela serait oublier la puissance des marques et des entreprises qui se battent pour obtenir ces extensions. Si Google ou Amazon perdent du temps et de l’argent à mener un combat pour jouir de l’utilisation d’une extension, on peut se douter qu’ils feront tout pour populariser et rentabiliser leur utilisation.

Ce sera donc aux internautes, via leurs utilisations, de décider si oui ou non ces extensions doivent avoir un avenir. A bon entendeur…

Sources des images : ICANN, Wolfedomain, Domainrising, Iconfinder

2 commentaires pour “Quel avenir pour les extensions de domaine génériques ?”

  1. rédaction Web says:

    A mon avis, si les propriétaires de site n’utilisent pas assez ces extensions de domaine, c’est avant tout de par leur cherté. Du coup, tout le monde ne peut pas s’en approprié, malgré leurs avantages.

  2. Nouvelles extension de nom de domaine says:

    Personnellement, je pense qu’il va falloir attendre un petit temps avant de voir Google donner autant d’importance à l’une de ses nombreuses nouvelles extensions de nom de domaine sur son moteur.
    Les génériques n’ont pour le moment pas de soucis à se faire sachant que les nouvelles extensions vont être dans un premier temps achetées en masse par les domaineurs et les cyber-squatteurs.

Laisser un commentaire

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.