14 Août 2013

Orangina frappe un grand coup dans sa cible

E-marketing, E-marketing et réseaux sociaux, Expertise de l'agence Pullseo Aucun commentaire

La boisson à secouer, qui permet de rester vivant, a frappé un grand coup sur le web en juin dernier avec un court métrage destiné à ceux que l’on nomme encore les « geeks ». « Mission 404, Internet doit rester vivant » a finalement créé le buzz auprès des internautes qui ont entre 15 et 35 ans. Petit retour sur cette performance.

Des créatifs en or

golden-moustache-bagelLe succès de « Mission 404 » n’est en rien un hasard. Avec près de 3,5 millions de vues, le court-métrage doit son succès à deux facteurs :

  • une équipe de motion makers (Youtube et Dailymotion) hors du commun
  • une totale liberté laissée aux créatifs

Ainsi, Orangina a réuni les deux grands studio de production web du moment, soit le studio Bagel financé par Youtube France, et Golden Moustache monté par le Groupe M6. Au sein de ces équipes, on trouve par exemple :

  • Mectoob (10 minutes à perdre)
  • Ludovik (La séance du mardi pour Orange)
  • Mr Poulpe et Davy Mourier (Golden Show)
  • Raphaël Descraques (Le visiteur du futur / Les suricates)
  • Dédo (Jamel Comedy Club)

Suite à cette sélection, Orangina a laissé une totale liberté aux motion makers qui n’avaient qu’une seule contrainte : gérer les placements de produits. Sachez que, d’après les concepteurs, il y a six placements de produit plus ou moins discrets tout au long du film.

Un véritable court-métrage original

google-mission-404-marion-seclinLa force publicitaire de ce court-métrage réside dans un principe simple…ce n’est pas un film publicitaire mais un véritable court-métrage parodique et inspiré. En effet, on vient ici caresser l’internaute dans le sens du poil en lui envoyant de nombreuses références distillées de façon plus ou moins évidentes mais toujours cohérentes.

Ce sont des dizaines de pages qui pourraient être rédigées rien que pour expliquer toutes les références et autres blagues mais ce n’est pas le propos. Sachez cependant qu’une attaque d’oiseaux Twitter vous empêchera de vous exprimer oralement au-delà de 140 caractères, que les « Filles de ta région » sont des amazones particulièrement dangereuses, que Wikipédia est un vieux sage qui change d’avis comme de chemise et que l’équipe du film est certainement fan de la série Game of Throne…

Quoi qu’il en soit, ce qu’il faut retenir c’est que nous avons à faire à un petit film intelligent dans sa forme (pas toujours dans le fond, mais c’est voulu). La cible d’Orangina y trouvera forcément des références qui la feront sourire, que ce soit la frange grand public ou la frange carrément « geek ».

Pour exemple, chez Pullseo, nous avons rarement vu une vidéo tourner autant parmi nos contacts Facebook ou Twitter respectifs. Que ce soit chez des profils plutôt cinéphiles, technophiles ou même littéraphile (ce terme n’existe pas, pas besoin de vérifier).

Une campagne virale efficace

logo-oranginaAu final, Orangina annonce avoir largement dépassé ses objectifs fixés à 1,5 millions de vues, ce qui est mérité. Et de leur propre aveu, cette campagne de branding est bien plus efficace qu’une publicité télévisée et, surtout, bien moins coûteuse.

De plus, il faut noter que nous ne parlons ici que du court-métrage en lui-même et pas des « dérivés » comme le making-of officiel, les détournements et autres reprises, les références… qui n’auront d’autres effets que de rappeler la boisson gazeuse à notre bon souvenir.

Evidemment, ce type de campagnes reste exceptionnel car il faut trouver les bonnes personnes et y mettre un minimum de moyens. De plus, nous parlons ici d’une marque qui a besoin de se rappeler au bon souvenir de sa cible et pas de mettre en avant des arguments produit. Cependant, il serait dommage de ne pas saluer, encore une fois car nous ne sommes pas les seuls, les campagnes de qualité lorsqu’elles émergent sur le net.

Aucun commentaire pour “Orangina frappe un grand coup dans sa cible”

Laisser un commentaire

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.