06 Juil 2015

Les 15 idées fortes du #Shake15

E-commerce, E-marketing, Formations, Veille & nouveautés de l'agence Pullseo Aucun commentaire

Après le #BrightonSEO, le partenariat avec le #SMX, Pullseo a ajouté un hashtag à son plastron : Le Salon #Shake15, tout entièrement dédié au E-Commerce. Et ce n’est pas peu dire que notre envoyé spécial a retenu, appris et compris de nombreux concepts évoqués lors de cette grand-messe. En voici quelques-uns qui ont retenu son attention

1. Pensez « Proximity Marketing »

Avec l’avènement des objets connectés pour les professionnels et pour les particuliers, la proximité avec le consommateur se fait de plus en plus grande. « I-Beacon », ce capteur qui retient l’attention de tous les professionnels de la grande distribution, en est une des composantes. Pour le couponing, offres promotionnelles ou autres, c’est la géolocalisation qui donnera tout son sens à vos actions de « Push-Marketing »

2. L’expérience utilisateur : Le Nouveau Graal

« Si vous n’êtes pas une expérience, vous n’êtes pas une marque », comme l’a si bien souligné Manuel Diaz (EMAKINA). Le Brand-content n’a jamais été aussi encensé, la capitalisation de l’image de marque devient essentielle. C’est à la fois utile pour le SEO (Référencement naturel), le marketing direct ou encore sa réputation sur les réseaux sociaux. L’expérience utilisateur doit désormais se réaliser en ligne (avec l’avènement notamment de l’UX Design ou Expérience utilisateur) et off-line, pour augmenter radicalement son trafic en magasin.

3. Repenser le paiement

C’est une marotte pour un e-commerçant. Quel créateur de site E-Commerce ne s’est jamais arraché les cheveux à l’heure d’intégrer sur son site un système de paiement viable ? Dès lors, laissons de côté tous ces mauvais souvenirs pour se concentrer sur les avancées qui ont lieu et qui ont fait grossir le taux de conversion de certains sites. Amazon ou Paypal par exemple, avec leur « One-click payment », proposent une expérience agréable et conviviale à son internaute.

4. Etre omnicanal et omnicommerce

François Momboisse, président de la FEVAD, contrecarre les idées pré-conçues qui nous annonçaient la mort du « petit commerce ». Non, les pures players sont au contraire en déclin et ce sont les grandes enseignes qui ont sur tiré leur épingle du jeu. La FNAC en est un excellent exemple. Avec des livraisons rapides, et des stratégies web-to-store efficaces, c’est l’une des grandes gagnantes de cette stratégie de multiplication des points de contacts.

5. Naissance de l’omniconsommateur

La diversité de relations entre le client et sa marque constitue un pas de plus vers ce que l’on appelle l’Omniconsommateur. Il partage, il pianote sur son smartphone, il donne son avis, et il a envie qu’on l’entende, mais surtout, il ne se cantonne plus à son panier d’achat sur un site e-commerce lambda. L’omniconsommateur a profité de l’avènement massif des réseaux sociaux et de la multiplication des points de contacts pour devenir un consommateur 3.0, conscient de ce qu’il achète, heureux de ce qu’il véhicule.

6. Ne pensez pas les Réseaux sociaux finis

Une excellent conférence d’Alex Durain (So Buzz) qui nous a fait prendre conscience de toutes les potentialités, mêmes les plus basiques, des jeux, tests de personnalité et autres quiz visibles sur les réseaux sociaux. Chiffres à l’appui, il nous démontre qu’une stratégie en amont bien pensée, avec des objectifs clairement définis, peut amener la marque à décupler son nombre de fans, sans perdre au niveau de l’engagement !

7.  L’entrepreunariat : une expérience de vie 

Plusieurs conférenciers ont évoqué leurs parcours respectifs. Avec sincérité et justesse, chacun d’entre eux a démontré qu’il n’était, certes, pas facile tous les jours d’avoir son entreprise en tête (notamment au niveau de sa vie privée) mais que cela conférait une liberté sans pareille. La conférence de Pierre Alzingre (Visionari) est venu ajouter une touche de grâce à ces multiples interventions, avec des histoires d’investissement personnel et financier dans des PME aujourd’hui florissantes.

8. L’Uberisation : Nouvelle tendance du digital

Si l’on avait fait un concours SEO au #Shake15, il aurait été surement le mot-clé sur lequel tout le monde aurait voulu se positionner ! Le concept est au coeur de l’E-commerce, et au delà : au coeur des tendances. D’Air BnB à Blablacar, en passant par Uber (paix à son âme), nous avons transposé le bon vieux modèle peer-to-peer des anciennes plateformes de téléchargement (Kazaa, paix à son âme bis), à nos relations besoins/services de tous les jours.

9. L’économie de confiance

Et ce qui découle logiquement de cette tendance, c’est bien évidemment l’émergence de « L’économie de confiance ». Celui qui entre dans la relation commerciale, en face de mes besoins, je ne le connais pas. C’est un particulier protégé par une marque (de confiance). Sophie Gourmelen (Les Echos) parle de « L’ère BNB ». L’économie de confiance, c’est aussi l’économie de partage, mais cela ne signifie pas qu’au fur et à mesure de l’émergence de cette uberisation, de grands groupes s’y engouffrent, en apportant innovation technologique et crédibilité.

10. « Think Mobile ! »

Certes, ce n’est pas nouveau, et c’est Google (via Zineb Ait Bahajji) qui nous le confirme : « Le mobile est devenu la nouvelle norme en 2014″. La mise en place du fameux « Mobilegeddon » il y a peu de temps, confirme cette tendance (malgré son impact limité). Au fur et à mesure des conférences, la notion de mobile est revenue de plus en plus fréquemment. Notamment la notion de « Mobile First » (très importante pour Ebay), ou encore la question : Quel problème du consommateur le mobile peut il aider à résoudre ?

11. Luxe et Digital peuvent (enfin) cohabiter !

Dans une conférence subjuguante, Manuel Diaz (dont nous avons parlé plus haut), nous pose les bases de ce qu’étaient les relations – tumultueuses – entre digital et luxe. Jusqu’à la fin des années 90, aucun des grandes maisons françaises voulaient évoquer le mot « Internet ». Sures de leur fait, et conscientes de leur puissance, elles n’ont que tardivement tendu la main au Web. Aujourd’hui, leur alliance est devenue incontournable !

12. Google peut tomber fou amoureux de votre site ! google

François Goube (OnCrawl) a subtilement mis en parallèle la vie amoureuse, de la rencontre à l’infidélité (ou pas !) et l’optimisation du référencement sur notre site. Après avoir rappelé les bases du référencement, il a noté l’importance grandissante de l’accessibilité des pages, des contenus, et surtout la conjoncture – toujours efficiente – de l’étude d’Analytics ET du crawl.

13. Monter une Marketplace, c’est simple (en théorie)

Eric Alessandri (CEO Wizacha) nous a énoncé les 10 règles d’or pour créer sa marketplace. Du paiement, à la responsabilité juridique, en passant par le dropshipping. Une conférence qui a mis en lumière les difficultés d’être multimarques, multiproduits, ce qui sous-tend une prise en charge complète de votre site et de votre business model et surtout une vérification minutieuse des factures, des paiements et des freins juridiques au bon développement de votre place de marché

14. Le mot-clé n’est pas ce que vous pensez 

Dans une conférence qui restera dans les annales, Laurent Bourrelly et Paul Sanches (Impact SEO), ont décrypté ce que doit être le mot-clé aujourd’hui. Avant de se triturer l’esprit à savoir quel sera le meilleur Title, mettez-vous déjà à la place de vos utilisateurs. Quelle(s) question(s) va-t-il se poser ? Créez des mind-maps de questions auxquelles vous pourrez répondre sur le site. Ensuite, vous pourrez écrire un Title accrocheur pour vous différencier de vos concurrents !

15. #Shake15 est désormais un évènement incontournable 

Jacques Froissant et Hervé Bourdon ont réussi le tour de force, en 2 ans, d’ériger cet grand-messe comme l’évènement majeur du E-commerce en France. Avec 1 200 participants, des ateliers en pagaille, et des plénières vivifiantes, nous avons envie de vous dire pour l’année prochaine :

« Be There or Be Square »

 

Aucun commentaire pour “Les 15 idées fortes du #Shake15”

Laisser un commentaire

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.