17 Sep 2015

Je n’aime (peut-être) pas : Ceci est une révolution ?

A propos de nous, Expertise, Réseaux sociaux Kevin Blettner de l'agence Pullseo Aucun commentaire

«Tous les moments ne sont pas des bons moments», estime Mark Zuckerberg. Effectivement, la crise récente de la Grèce, suivie rapidement par celle des migrants a réussie au moins une chose : Inonder nos fils d’actualité Facebook de posts et de commentaires. Pas toujours amusants, potentiellement haineux, il est fort probable qu’à défaut de pouvoir les « disliker », ou montrer votre compassion d’un simple clic, certains d’entre vous se sont lancés dans des joutes verbales à faire pâlir Schopenhauer.

J’aime… ou pas

«Si vous partagez quelque chose de triste, comme un contenu à propos de la crise des réfugiés ou à propos du décès d’un proche, il est difficile d’aimer cette publication. Je pense qu’il est important de donner plus d’options à nos utilisateurs

Facebook 2

C’est justement pour ce genre d’occasions, celles pour qui « liker »  est peut-être un peu trop engageant, que le dirigeant de Facebook a annoncé cette nouvelle fonctionnalité. Les récentes informations sur le sujet laissent à penser, à grand renfort de titres raccrocheurs, que ce serait un bouton « Je n’aime pas ». Approche réductrice, un « Je n’aime pas » étant loin de suffire pour exprimer pleinement la palette d’émotions que comporte la nature humaine.

 

Une fonctionnalité utile ?

Longtemps demandée, la fonction « je n’aime pas » a pourtant toujours été refusée aux utilisateurs du réseau social. Les raisons sont multiples. On peut être candide et croire que c’est uniquement pour éviter le harcèlement en ligne, mais comme le soulignait l’un de mes collègues : « Il ne faut pas utiliser de tournures négatives, ce n’est pas vendeur ! ». Position confirmée par un ingénieur de Facebook en 2013 « Les actions sur Facebook tendent à se focaliser sur des interactions sociales positives»

Pourquoi ? Il ne faut pas oublier que Facebook tire 90% de ses revenus de la publicité. Il leur est donc primordial de conserver un espace à minima neutre afin de ne pas rebuter les annonceurs.

On peut décemment partir du principe que ce ne sera donc pas un bouton « Je n’aime pas » mais plutôt, au choix :

  • Un bouton unique du même acabit que : « Je compatis », « Câlin »
  • Une option permettant de sélectionner sa réaction dans toute une palette : « Triste », « en colère », « Content »
  • Une option permettant de choisir les actions disponibles sur son post. Exemple : Je fais un post sur un ouragan ayant fait X mort, je peux choisir de remplacer le bouton « j’aime » par « C’est triste ».
  • Toutes autres fonctionnalités permettant d’exprimer de l’empathie

Evidemment, ce n’est que pure spéculation et nous ne saurons la réponse que quand la fonctionnalité sera vraiment sortie. Rien n’empêche ceci-dit de faire un petit concours de devinette : Et vous, vous imaginez quoi ?

 

Photo crédit : Free Software Foundation / Watblog.com / traduction par Framablog (licence) & Maurizio Pesce (licence)

Aucun commentaire pour “Je n’aime (peut-être) pas : Ceci est une révolution ?”

Laisser un commentaire

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.