24 Avr 2015

Hôtelier : la stratégie anti-booking.com

E-marketing, E-marketing et réseaux sociaux, Expertise SEO de l'agence Pullseo 2 commentaires

La date du mardi 21 avril est sans précédent dans le monde de l’hôtellerie (et dans le web ?) ! La célèbre centrale de réservation en ligne Booking.com (ou booking.yeah si on en croit ses dernières pubs) a du modifier les obligations qu’elle imposait aux hôtels suite aux plaintes pour abus de position dominante.

Le rappel des faits

1429881605_InfographicsJusqu’à aujourd’hui, pour qu’un hôtel puisse apparaître sur le site de booking.com, il était soumis à de nombreuses obligations, dont voici les plus contraignantes :

  • la parité tarifaire : les tarifs des chambres proposés sur booking.com doivent être les moins chers (tous supports confonds pour une même chambre, même date, mêmes conditions). Et ce tarif est une exclusivité du site booking.com. L’hôtelier n’a pas le droit d’afficher ce tarif sur son site.
  • la parité de disponibilité : booking impose de pouvoir louer jusqu’à la dernière chambre disponible à la réservation, ce qui peut conduire à du surbooking pour l’hôtelier.
  • l’achat du nom commercial : booking se réserve le droit d’acheter le nom de votre hôtel dans Adwords pour être afficher sur les requêtes liées au branding de l’hôtel
  • des évolutions unilatérales du contrat diverses et variées.

Il faut savoir également que booking empoche environ 25% du prix de la chambre sous forme de commission. Autant dire que le service est loin d’être philanthropique et les hôteliers le savent bien !

Booking se permet de telles pratiques car il capitalise aujourd’hui 2/3 du marché de la réservation via les centrales de réservation (qui pèse 70% des réservations des nuitées (source Le Monde). Booking justifie cette clause par l’investissement marketing auxquels il ne peut couper pour générer son trafic et ses réservations (référencement naturel, campagnes Adwords, pub TV, affiliation, bannière…). La plateforme est donc prisonnière de son modèle économique…

Ce qui va changer pour les hôteliers

1429881620_PenPour les non-initiés au domaine de l’hôtellerie, vous n’allez pas vous dire que c’est le fait marquant de l’année. Mais c’est un peu comme pour les impôts : il faut un précédent pour pouvoir augmenter le taux ! Et là, c’est pareil.

Les hôteliers ont obtenus le droit de pouvoir proposer des tarifs plus bas que sur le site booking.com. Alors oui, ils n’auront pas le droit de les afficher sur leur site internet mais ils pourront le faire afficher sur d’autres centrales de réservation et l’indiquer via tout autre moyen que leur site (SMS, email, appel téléphonique, pigeon voyageur….)

L’obligation de devoir mettre à disposition jusqu’à la dernière chambre tombe également en désuétude.

Pour le Groupement national des indépendants, le « compte n’y est pas » : « Cette décision tend à faire croire que les hôteliers ont retrouvé leur liberté commerciale et tarifaire. Il n’en est rien », souligne le GNI dans un communiqué. Source Le Monde

Et nous sommes bien d’accord avec eux. Par contre, il faut en voir une opportunité !

Quels solutions pour les hôtels ?

1429881652_ChatSi vous avez bien compris, l’hôtelier peut proposer des tarifs préférentiels sans les afficher sur son site. Il a donc plusieurs solutions pour proposer ses offres :

  1. Favoriser les appels téléphoniques pour effectuer les réservations. Une fois au standard, on pourra proposer le meilleur prix au prospect
  2. Travailler ses bases de données clients (mails, SMS…) pour communiquer sur les tarifs disponible, au meilleur prix que sur booking
  3. Augmenter la taille de ses bases de données en incitant l’internaute à saisir son adresse mail contre un code promo renvoyé automatiquement (comme le font la majeure partie des sites e-commerce de mode par exemple)
  4. Mettre en place un programme de fidélité qui permet de fidéliser les clients pour leur proposer directement les meilleures offres
  5. Proposer des services en plus (une bouteille dans la chambre, des pétales des roses… tout ce qui peut sortir de l’ordinaire et se sentir VIP)

Et on pourrait aller encore beaucoup plus loin ! Si vous en voulez plus, vous savez ce qu’il vous reste à faire

Source : news.booking.com

2 commentaires pour “Hôtelier : la stratégie anti-booking.com”

  1. Expeteo says:

    Je pense que c’est un premier pas qu’il ne faut effectivement pas négliger même si c’est encore certainement insuffisant pour les hôteliers.

    Comme vous l’expliquez bien, ces derniers devront faire preuve d’imagination et de créativité pour travailler de manière efficace leur base de données !

Laisser un commentaire

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.