28 Déc 2011

Google Zeitgeist 2011 ou la communication par le storytelling

E-marketing et réseaux sociaux, Moteurs de recherche, Veille & nouveautés de l'agence Pullseo Aucun commentaire

Comme chaque année depuis 2007, Google publie son Zeitgeist, soit une rétrospective des requêtes les plus recherchées dans son moteur de recherche pour une année donnée. Et depuis 2010, Google accompagne ses résultats d’une petite vidéo et de musique. Mais cette année, Google a fait fort en termes de communication. Petite analyse du Zeitgeist 2011 avant de passer en 2012.

La promotion des services de Google

Il est évident que Google ne fait pas un Zeitgeist en vidéo juste pour le plaisir. L’enjeu en termes de communication est réel et important. Alors que les Zeitgeist sur les requêtes ont pour objectif de montrer que Google est le spécialiste de la recherche sur le web, celui en vidéo a pour but de présenter les nombreux services proposés par Google à travers les événements de 2011. Et tout y passe en moins de 3 minutes :

  • Google Web
  • Google Image
  • Google News
  • Youtube
  • Google +
  • Google Maps
  • Google Earth

On notera à quel point le réseau social de Google est mis en avant. Google + passe presque, dans la vidéo, au centre de la démarche de recherche.

Un vecteur d’information incontournable

vecteur-information

Pour ceux qui auraient encore un doute sur l’aspect incontournable de Google, la vidéo a le mérite d’être claire. Quoi que vous recherchiez, c’est sur Google que vous le trouverez. Evénements, culture, vidéo, photos…tout est rapidement disponible sur Google…et bien plus encore.

Et la vidéo va plus loin, car Google se présente comme un moyen d’expression libre. Plusieurs passages dans la vidéo mettent en avant cet aspect (le coming-out du jeune homme au téléphone avec son père, la mise en avant de Google +,etc…).

Google se présente donc comme le centre du web et peut-être même comme sa périphérie. Sur Google on a tout, on peut tout et c’est plus la peine d’aller voir ailleurs.

We made it

La vidéo se termine sur ces quelques mots « We made it » (ce qui donne en français « Nous l’avons fait »). Cette phrase qui résonne comme un baseline, juste avant la baseline habituelle « Search On », peut être interprétée de 2 façons diamétralement opposées :

1- Google fait l’actualité

Cette petite phrase est lourde de sens et pourrait être vue comme une annonce de Google qui n’est pas qu’un vecteur, comme le serait un journal, mais un véritable acteur de l’actualité. Google permet de créer le buzz, d’exister sur le web, de diffuser et de partager de l’information, etc… Certaines informations auraient-elles eu le même écho si Google n’existait pas ? Google étant le point de départ de quasiment toutes les recherches mondiales, ce qui est mis en avant représente l’actualité du moment, la chose à savoir et à diffuser.

Notons au passage que Google, pour ne pas interférer avec sa communication, oublie le rôle important joué par Twitter et Facebook dans ce que l’on appelle aujourd’hui le « Printemps arabe ». Après tout, il ne faudrait pas faire de pub à la concurrence.

Cette simple petite phrase peut donc être interprétée comme une incroyable déclaration mégalomaniaque de la part de la firme de Mountain View. L’année 2011, nous l’avons fait (« We made it »).

2) Montrer que Google n’a pas la « grosse tête »

Les chiffres sont évocateurs et il n’est même plus nécessaire de les citer : Google gagne des parts de marché sur presque toutes les solutions web où il possède des sociétés. Google est présent partout sur le web et ne laisse rien au hasard. Certains disent même que Google est le Microsoft du web : leader incontesté qui se permet de faire ce qu’il veut, quand il veut.

Pourtant il travaille son image de bon samaritain en mettant à disposition des services gratuits (Google Analytics, Feedburner, Google+, Youtube,…) mais cela ne semble pas être suffisant.

C’est pourquoi cette petite phrase tente de redorer l’image de Google en sous-entendant que la société Google  est constituée des gens « normaux » qui ont pu se retrouver dans l’actualité (entre autre, les manifestants) et que ces gens « normaux » pourraient être « vous » ou « nous ». Et après tout, sans les internautes, Google ne serait pas devenu ce qu’il est, tout du moins en partie.

we-made-it

L’art de la communication par Google

Ainsi, nous vous laissons libres de l’interprétation à donner à ces trois mots. Mais ce qui est sûr, c’est que Google fait encore la preuve, avec cette vidéo, de son talent de communicant. Le montage, la mise en scène, la musique, rien n’est laissé au hasard et tout va dans le sens du célèbre « Don’t be evil » de Google tout en réaffirmant la position de Google sur le web.

Une petite mention pour le site du Zeitgeist 2011 (http://www.googlezeitgeist.com) qui est lui aussi un véritable outil de communication avec son design sobre et toutes ses animations en HTML 5. Rien de comparable avec les années précédentes. Cette année, Google a clairement mis les petits plats dans les grands.

Et pour ceux qui voudraient se remémorer les termes les plus recherchés des années précédentes, sachez que les sites des anciens Zeitgeist sont toujours accessibles aux adresses suivantes :

Aucun commentaire pour “Google Zeitgeist 2011 ou la communication par le storytelling”

Laisser un commentaire

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.